Christophe ou la réflexion

🪶 Avez-vous déjà eu un chef capable d’enchaîner avec une égale conviction blagues de dinosaure, articles de la Constitution, répliques des Bronzés et citations latines ? Moi oui ! Et c’était Christophe Menanteau, le héros de ce nouvel épisode. Prendre la plume pour présenter ce drôle d’oiseau, ce n’est donc pas neutre, mais mûrement réfléchi. Exactement comme lui.

Portraits rédigés Photo et informations Christophe épisode 20

Fils de haut fonctionnaire, Christophe naît et grandit dans le Gers. Mais à la table familiale, on parle plus souvent de télécommunications que d’élevage de palmipèdes gras.

Aussi rejoint-il l’INSA, à Toulouse, pour devenir ingénieur. Il enchaîne avec son service militaire et suit les traces des prestigieux cadets de Gascogne qui, avant lui, sont montés à Paris.

⚔️ L’histoire ne nous dit pas si Christophe avait un cheval jaune et un chapeau à plume… En revanche, nous savons de source sûre que cette affectation auprès d’un gradé de l’armée de l’Air n’est que le début d’une longue trajectoire dans le conseil aux décideurs.

Courir les concours

Christophe est viscéralement attaché à la langue de Molière, qu’il voit comme un incontournable vecteur de culture et de transmission. En revanche, il n’a d’affinité ni avec celle de Shakespeare, ni avec celle de Goethe ! C’est d’ailleurs à sa piètre performance en anglais qu’il doit de ne pas pouvoir poursuivre ses études à Sciences Po Paris.

Il intègre donc l’IEP de Bordeaux : l’occasion de se rapprocher de sa terre natale où, peu après son diplôme, il trouve un emploi dans une société d’économie mixte. Mais il s’ennuie… Il a besoin d’action, de projets. Et il tombe, complètement par hasard, sur une affiche vantant les mérites des carrières au Trésor public.

Portraits rédigés - film préféré Grand Blond
Portraits rédigés - citation préférée Christophe
Portraits rédigés - film préféré Le père Noël

Administrer autrement

Banquier ? Banco ! Après un concours réussi et un an de formation, Christophe devient inspecteur du Trésor dans les Hauts-de-Seine. Il apprend le métier de banquier (réglementé, certes) auprès d’un chef qu’il estime. Et au passage, même s’il ne faut pas le dire trop fort, il apprécie de pouvoir circuler dans Paris avec un chauffeur et un gyrophare…

Mais peu à peu, au gré des réformes et des rencontres, naît une envie de travailler autrement avec le secteur public. Comme si, peut-être, il était préférable d’être à l’extérieur pour dessiner les contours de l’administration de ses rêves.

Portraits rédigés - mode d'écriture préféré stylo
Portraits rédigés - œuvre préférée Belle du Seigneur

Secteur privé, service public

Christophe rejoint un grand cabinet de conseil, puis un autre, toujours en Île-de-France. Il accompagne les décideurs et les élus locaux comme nationaux, notamment sur des sujets financiers. Cela lui plaît, oui, mais cela ne lui suffit pas.

Il déménage à Lyon avec sa petite famille en 2010, pour changer d’air tout en restant à portée de train de Paris et de la mer. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Christophe repart à Paris sans grande conviction. Après quelques mois d’allers-retours, il se lasse et revient pour de bon dans la capitale des Gaules.

Un campus peut en cacher un autre

Christophe découvre un groupe familial et novateur en plein essor et prend en main ce qui n’est au départ qu’une idée : la création de L’École LDLC. Voilà ce qu’il veut, ce qui le meut : partir d’une page blanche pour donner vie à un projet. Puis à un autre, puisqu’il intègre les rangs du Conseil régional, entre 2017 et 2022, pour mettre sur les rails le Campus Région du numérique (où la responsable comm’ était super, parole de plume).

Cette boucle bouclée, Christophe revient chez LDLC, dont il dirige à la fois l’école et les projets prospectifs. Anticiper, structurer, avancer : voilà ce qui a du sens pour lui ! Car s’il aime avant tout réfléchir, retranscrire, concrétiser un projet, encore faut-il que celui-ci ait vraiment du sens et de l’intérêt ; général, si possible. 🦖


©️ Marion Haug / Scribox – avril 2024. Merci à Christophe de s’être prêté au jeu de « Prête-toi ma plume » !

Et vous… Vous êtes prêt à vous faire tirer le portrait ?

LinkedIn
Share
Verified by MonsterInsights